3 Œuvres célèbres d’Otto Dix consacrées à la première guerre mondiale

Otto Dix est un peintre allemand [1891-1969] qui appartient aux courants artistiques de l’Expressionnisme et de la Nouvelle Objectivité. Il réalisa plusieurs œuvres comme Section de mitrailleurs à l’assaut (1916), Les joueurs de Skat ou Invalides de guerre jouant aux cartes (1920), ou encore Le marchand d’allumettes (1920) toutes consacrées à la 1ere guerre mondiale à laquelle il a participé. Il y peint tous les aspects de la guerre et de la société allemande, des aspects les plus banaux aux plus crus.

 

Section de mitrailleurs à l’assaut (1916)

C’est un croquis dessiné sur une carte postale comme l’ensemble de ces premières œuvres réalisées entre 1915 et 1918. Durant cette période, il tient une chronique des événements au cours de la Première Guerre mondiale afin de montrer sa violence, sa nudité. Dans ce dessin, on ne voit pas qu’un groupe de soldat armé en pleine bataille. On y aperçoit également le dur travail qu’ils sont en train de faire et qui les attend encore à travers les techniques utilisées par l’artiste. Il se sert entre autres de traits lourds et de hachures de couleurs pour nous donner une impression d’éclatement et de brutalité. En réalité, elles décrivent la violence de la guerre causée par les bombardements, les grenades, et les balles traçantes.

otto-dix

 

 

Les joueurs de Skat ou Invalides de guerre jouant aux cartes (1920)

Ce tableau a été peint juste après la Première Guerre mondiale et montre de manière réaliste la vérité selon le peintre. On y voit trois personnages jouer aux cartes assis autour d’une table à la terrasse d’un café le soir. Tous sont complètement défigurés, mutilés et difformes à cause de la guerre. Certains ont la peau abimée, d’autres ont perdu l’audition au cours de la guerre, d’autres ont la tête scalpée, d’autres encore n’ont plus de jambes et portent des prothèses. Tout ceci renvoie à la violence subie au cours de la guerre, mais aussi à l’impuissance des médecins face à cette situation. Cela traduit donc en même temps un cache-misère, le climat social qui règne à l’époque en Allemagne.

Quant au jeu de cartes, tous les joueurs ont leurs cartes en main. On peut même voir que le jeu est truqué vu deux cartes identiques. Le peintre veut ainsi démontrer que « les jeux sont faits », que le destin des joueurs (des Allemands) a préalablement été écrit et qui leur a échappé. Mais de manière générale, le peintre concentre toute son attention sur les dégâts faits aux corps.

les-joueurs-skat-otto-dix-52763058-9357a

 

 

Le marchand d’allumettes (1920)

Cette peinture représente un combattant aveugle et cul-de-jatte qui fait fuir tous les passants en essayant de gagner sa vie. Dix nous peint ici le climat social qui règne en Allemagne après la guerre. Pour lui, la réalité sociale contemporaine est désormais inhumaine et sans aucune fraternité à cause du conflit. Ce mendiant est pourtant un ancien soldat qui s’est battu pour son pays et qui se retrouve au beau milieu d’une foule méprisante. Même les chiens urinent sur lui comme sur un lampadaire pour montrer que la vie, qui a repris son cours, laisse complètement de côté les hommes détruits par la guerre. Pour survivre, ils sont donc obligés de mendier.

O.Dix--Le-marchand-d-allumettes-I--1920

 

 

Ces trois œuvres ne sont que le début d’une longue série de tableaux exprimant ce que vit et voit Dix pendant, entre et après les deux guerres. Il nous peint en général les conséquences physiques de la guerre sur l’homme (blessures, infirmité…) comme dans La rue de Prague (ou Pragerstrasse) en 1920.

Il exprime également à travers ses œuvres ses angoisses et sa révolte face à la situation sociale et économique difficile de l’époque. Plus tard, il exprime sa vision de la guerre, toute sa violence, son atrocité et son absurdité notamment dans La guerre (1929-1932).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *